4 juillet 2018

MON ALTERNANCE EN BACHELOR 3 | AUBIN TALBI

Aubin TALBI, étudiant en Bachelor 3e année sur le campus de Nantes et en alternance chez MStream – société de production audiovisuelle et évènementielle à Nantes – témoigne sur son parcours à SUP’DE COM et son expérience de l’alternance.

 

Pourquoi avoir choisi SUP’DE COM ?

Initialement je souhaitais m’orienter vers des études de Business et de Gestion.

Dans le même temps, j’avais également l’ambition de me lancer dans une carrière musicale et j’ai eu la chance de participer à une l’émission télé The Voice qui a « bouleversé » mes plans.

Durant cette expérience télé, j’ai beaucoup échangé avec les avec les différents acteurs responsables de la production de l’émission et  ai repensé mon projet.

Aussi j’ai fait le choix de me pencher sur une formation qui pourrait être utile une fois alliée à mon projet artistique. La communication semblait être un bon parti, réunissant ces différents critères.

Ayant effectué mon stage de 3e au sein de l’IDRAC Business School, je me suis souvenu de l’Ecole Supérieure de Communication SUP’DE COM qui appartit au même groupe.

Des raisons professionnelles et personnelles  m’amenaient à me rendre régulièrement sur Paris et en Bretagne, aussi le campus de Nantes était la meilleure option d’un point de vue géographique.

 

Peux-tu évoquer avec nous ta formation BACHELOR COMMUNICATION ?

Globalement j’ai très bien vécu ma formation BACHELOR COM.

J’ai trouvé cette formation très axée sur l’opérationnel et sur la professionnalisation des étudiants. En effet, nous étions souvent confrontés à des études de cas réelles et la majeure partie de nos cours était tentée d’une « touche pro » très formatrice.

Si je devais résumer le BACHELOR COMMUNICATION je dirais qu’il s’agit d’une formation de qualité, très professionnalisante, qui forme rapidement les étudiants au monde de l’entreprise.

Enfin, je souhaiterais en profiter pour souligner la qualité et la pertinence des intervenants évoluant à SUP’DE COM, qui contribuent à rendre la formation BACHELOR COM si qualitative.

 

Peux-tu évoquer un moment fort vécu dans le cadre de ton parcours à SUP’DE COM ?

Sans hésitation, la victoire du Challenge national des OPEN’COM lors de ma 1ère année. Après plusieurs jours de travail acharné, mon équipe a été short listée pour venir pitcher notre recommandation à Lyon devant l’annonceur.

C’était un challenge riche en émotion puisque nous avons travaillé avec la promotion des BTS COM que nous ne connaissions pas encore et avons eu l’occasion de travailler sur une problématique réellement vécue par une entreprise, ce qui rendait le challenge encore plus stimulant.

Aussi, cette victoire était vraiment le « Graal » puisque pendant plusieurs années le campus SUP’DE COM Nantes n’avait pas décroché de victoire malgré des sélections.

 

Pourquoi avoir opté pour une 3e année en alternance ?

Lors de ma 1ère année BACHELOR, j’avais effectué mon stage chez MStream. Cette première expérience c’était très bien passée et l’entreprise m’a rapidement proposer un emploi en CDD.

Pour moi il n’était cependant pas envisageable d’arrêter mon BACHELOR COM. Aussi, après avoir négocié avec SUP’DE COM sans succès pour effectuer ma 2e année en alternance, nous avons convenu avec MStream d’attendre une année supplémentaire.

D’un point de vue professionnel, savoir qu’une entreprise me faisait confiance et était prête à patienter avant de me recruter était très valorisant !

Aussi, j’attendais vraiment ma 3e année pour intégrer le monde professionnel et le poste que me proposait MStream.

 

Peux-tu nous en dire davantage sur ton alternance ?  

Chargé de Marketing et de Développement chez MStream, mon poste se résume à développer le territoire et l’image de marque de l’entreprise sur son bassin d’activité. Ainsi mes missions se déclinent en plusieurs actions :

– marketing – capitaliser sur différents domaines d’activité pour être concurrentiel. MStream touche ainsi plusieurs territoires, passant de la production de films à celle de reportages.

– stratégie de communication – travail collaboratif avec graphiste pour gérer l’image de marque de MStream et gestion de la communication de l’entreprise.

– création/direction artistique – regard sur le format choisi, l’aspect visuel de la production et regard sur manière de procéder.

Aussi, en complément de ces missions, je fourni également un travail journalistique. Depuis quelques mois, j’anime tous les jeudis une chronique numérique dans l’émission 9h50 Le Matin, sur France 3 Pays de La Loire. J’ai eu l’opportunité de participer à ce projet car l’équipe de production et le directeur d’antenne était à la recherche d’un profil « jeune », capable de parler des nouveaux outils numériques et aussi grâce à mon expérience de l’antenne.

 

Recommanderais-tu l’expérience de l’alternance a de futurs étudiants en 3e année du BACHELOR COMMUNICATION ?

Absolument ! D’ailleurs, j’évoque systématiquement l’alternance lorsque j’échange au sujet de ma formation.

Pour moi, l’alternance constitue une réelle valeur ajoutée à une formation, ajoutant à celle-ci un caractère professionnel et tout de suite très opérationnel à notre profil. Selon moi, proposer des parcours en alternance constitue un avantage pour une Ecole Supérieure de Communication.

 

Quel serait ton « job idéal » ?

A court terme, mon objectif est d’endosser la double casquette animateur/producteur. Jonglant ainsi avec la partie communication – notamment dans le cadre de l’élaboration du concept de l’émission, la définition de son audience ou encore du format le plus adapté – et dans le même temps de m’éclater à l’antenne – en ayant la chance de travailler pour un média TV capable de toucher énormément de personnes.

Enfin, à moyen terme l’objectif serait de prendre la direction d’une antenne et d’un programme.

 

Enfin, pour clore cet entretien, peux-tu évoquer un moment fort vécut en entreprise ?

Lors de la soirée de lancement de la traversée du Quenn Mary 2, mon rôle était d’assurer la coordination entre les équipes techniques du bateau et l’équipe de production de MStream, chargée de couvrir l’événement.

Jusque-là l’expérience était déjà assez incroyable il faut bien l’avouer, mais le véritable challenge c’était surtout d’assurer cette coordination « en mode bilingue », entre une équipe anglaise sur le Quenn Mary et l’équipe française de MStream.

C’était vraiment un moment intense et durant la soirée j’avais pas mal de pression ! Mais c’était une expérience tellement enrichissante. Et, bien sur la traversée n’a fait que renforcer l’expérience.